Monday, May 27, 2013

Lundi, retour au bureau

quand les vaches vous regardent d'un air de dire... pauvres vous!
Après un week end pas pour moi, à prendre soin d'enfants qui ne sont pas les miens, les conduire sur plus ou moins 300 km aller, puis retour, faire leur lit, leur repas, prendre froid en les couvrant de votre manteau et en préparant leur équipement pour leur en faire prendre plein les yeux dans un vrai rappel de 30 mètres, ou plein les mains dans des voies d'escalade de 20 mètres...

Bref, après un week end fatigant, usant et un peu froid (le printemps ayant définitivement démissionné et l'été refusant de prendre de l'avance), me voilà rentrée à ma maison.

Dans ma tête ça explose: oh ma maison, le soleil, le bonheur, mon Doudou...enfin là, je m'en fou un peu du Doudou...: suis fatiguée et le plus grand bonheur c'est la douche brûlante et le mon lit tout doux!

Mais les bonheurs simples étant toujours trop courts, après une bonne nuit de sommeil dans mon lit, le réveil sonne trop tôt, Lynn (le chat le plus indiscipliné du monde) fait un raffut de tous les diables en détruisant mon échelle en bois pour me dire: Lève toi! J'ai faim!
 
Un juron m'échappe pour dire qu'il est bien trop tôt quand il est 6 heures du matin et que mon réveil qui sonne dans une heure, sonnera déjà bien trop tôt.
 
Impossible de profiter pleinement de ma dernière heure de sommeil matinal!

Demain, je l'enferme pour la nuit dans une boîte! Je hais ce chat ce matin, je hais ce chat!....Je veux juste dormir.
 
Mais la vérité, c'est que je suis même trop fatiguée pour haïr et disputer.
Je regrette juste de ne pas parvenir à ignorer le bruit infernal de ces griffes qui déchirent le bois et éparpillent sur le sol les restes de l'échelle qui succombe face au féroce félin sans cœur ni compassion... Compa quoi?
 
Oui, inutile d'en discuter avec votre chat, souvenez vous juste des dix huit bonnes raisons de ne pas adopter un chat, et si vous ne n'en avez pas, n'en prenez pas!

Aparté : Prochaine recherche Google: empêcher mon chat de détruire mon mobilier en bois pour m'empêcher de lui faire du mal de façon irréversible...
 
Finalement levée, j'aperçois derrière les volets du soleil.

Oh! Le printemps vient finalement?

J'ouvre précipitamment la fenêtre afin de permettre au soleil d'inonder mon visage et me remplir de bonne humeur...
Mais il est si loin le soleil, sûrement en cavale pour réchauffer une autre planète (avec la Terre il a eu sa dose de bleu et de vert, maintenant il ferait bien dans le noir ou dans le rouge)... pas une once de chaleur ne pénètre dans la maison; juste du froid!
Glacial qui me glace les os et me rappelle combien j'ai eu froid ce week end!
 
Je ferme vite la fenêtre, pendant que les chats persistent à se frotter à moi en quémandant leur ration et un peu plus sous la menace de griffes qu'ils tendent vers mon mobilier dès que je m'écarte du chemin qui mène à la réserve de croquettes et à leur petite gamelle!
 
Je résiste... Je me venge de ce réveil violent et matinal et je descends, d'abord, étendre mon linge lavé pendant que je finissais ma nuit (y a pas à dire, les programmateurs c'est quand même le bonheur).
 
Évidement, j'entends le bruit sournois des griffes acérées de Lynn qui découpent encore un peu mon échelle... Je la hais cette garce!
 
Je me concentre: le jean bleu, le t-shirt, l'autre, mes chaussettes etc etc.
 
Puis je me cherche des vêtements à porter, un truc pratique car ce soir escalade avec les enfants et si j'ai un jean souple, j'aurai pas besoin de me changer.
 
Jean noir, tshirt blanc, gilet noir, voilà c'est parfait avec mes bottines et mon manteau noir.

Je monte nourrir les monstres poilus.
Je contemple leur appétit puis, quand Gaspard se poste à la fenêtre regarder l'herbe pousser, je m'installe près de lui...
l'herbe qui pousse, les pavots qui fleurissent

Ouais, la vie, ça pourrait être ça, prendre le temps regarder l'herbe pousser sous le soleil ou sous la pluie, assis derrière une fenêtre, bien au chaud, sur un confortable canapé!
 
Mais la vrai vie me commande d'aller travailler, alors je file sous la douche, je m'habille....
 
Premier dilemme: où sont mes soutien-gorge blancs? Je vais pas mettre du noir sous le tshirt blanc? Non, c'est vilain. Ah là, celui que je mets jamais car il me fait mal en fin de journée. Bon, on fera avec.
 
Habillée, je prends enfin mon petit déjeuner. Lynn fini ses griffes dehors sur mes arbres les plus frêles et les bordures de bois les plus fraîchement posées.
Je pense qu'elle est vraiment vicieuse et qu'elle prend son pied à faire pourrir tout ce que je fabrique...
 
Je n'y pense plus en savourant le calme dans la maison...
J'aime pas les mâles, mais faut l'avouer, si Gaspard ne sait pas jouer sans mettre les griffes, au moins il n'interrompt jamais mon sommeil pas la destruction organisée de mon échelle.

Petit déjeuner englouti, dents lavées, je cherche les bottines noires!
Et là, un nouveau drame se trame! Les bottines ne sont pas là! Qui les as mangé?
Personne... C'est simplement mon coeur qui bat, Qui bat très fort à cause de toi... à non, ça c'est un poème de Prévert appris il y a des années lumières à l'école primaire...
Les bottines noires sont dans la deuxième maison... celle du Sud, la maison d'hiver, la maison de Doudou ! Et là bas aussi, le manteau noir qui tient chaud, le manteau d'hiver quand le printemps n'est pas là.
O désespoir! Oui, désespoir! Je guette partout, mais sur mon jean noir, pas moyen de mettre les bottines marrons, ni les bottes marrons et pas des tennis blanches.... c'est un slim, je veux mes bottines...
Envie de pleurer, et peut être même, que si je n'étais pas si fatiguée, j'y arriverai. Mais là, je concentre mon énergie pour chercher une solution.
Le jean bleu sort de la machine et les autres, sont chez Doudou... Je grince des dents, ça va aller.
Je redescends au dressing. Ici, une paire de bottes noires... à talon de 10cm... ça va pas le faire, besoin de marcher aujourd'hui et pas envie de courir avec ça!
Puis de vieilles bottes plates, usées.... non, je ne suis pas si usées que ça! C'est donc hors de question.
Puis cette paire de bottes, qui attendent depuis des mois de retourner chez le cordonnier (notez que je viens de faire une recherche google: celui qui répare les chaussures... besoin de gagner du temps et ma mémoire manque de précision et rapidité ce matin... je ne vous l'ai pas assez dit, suis fatiguée ce matin!).
Je regarde ces belles bottes noires que j'aime si fort que je préfère ne pas les porter en attendant la réparation ultime dont elles ont besoin et que je suis sûrement la seule à voir pour l'instant...
Pas le choix. Le temps presse, suis déjà en retard... alors devant le miroir, j'enfile les bottes...
Déçue, ce n'est pas ce à quoi je voulais ressembler aujorud'hui... mais dans un slim, tu enfiles tes jambes, pas tes bottes... la botte ira dessus et moi, j'irai au boulot comme ça, tant pis!
De toute façon, qui ça interresse les chaussures que je porte?


les bottes sur le jean avec le manteau de couleur Desigual qui ne tient pas chaud...


P.S. pour les défenseurs des animaux: il ne faut pas prendre pour argent content l'intégralité de mes propos, surtout les menaces contre Lynn la princesse au pelage tricolore: suis fatiguée, alors j'écris des choses que je ne pense pas sincèrement, mais qui me traversent l'esprit quand même, sans quoi, je n'aurai plus rien à écrire...!





2 comments:

  1. Coucou,

    Quand mon chat me réveille plusieurs fois dans la nuit, puis qu'il s'amène au petit matin, la gueule enfarinée pour me faire des mamours... je lui promets moi aussi les pires sévices ! lol Mais je l'aime bien quand même...
    Bisous du lunid ;)

    ReplyDelete
    Replies
    1. Merci, je me sens moins coupable soudain!

      Delete